Futur e maison
edition des halles
edition des halles
Rechercher dans futur-e-maison.com
Home page   
Home page   
Home page   
Home page   
Home page   
Home page                                                                                                                               Dernier numéro      Edito      Anciens numéros      Abonnements      Panier      Compte client
 



La VMC à l'heure des économies d'énergie > L'air intérieur est pollué

Photo : Aldès

Contrairement aux idées reçues, l'air intérieur est parfois bien plus pollué que l'air extérieur. En effet, nos maisons concentrent des polluants de toutes sortes, qui se révèlent plus ou moins nocifs. On peut les classer en deux catégories : les polluants perceptibles, dus à l'activité des occupants, comme les odeurs de cuisine, la vapeur d'eau (douches, électroménager...), les fumées de tabac et de cuisson. On trouve aussi des polluants cachés, imperceptibles, qui représentent souvent une menace pour la santé des occupants. Il s'agit des composés organiques volatils (les fameux COV présents dans les matériaux, les peintures...), des allergènes (insectes, animaux, pollens...), du radon (gaz radioactif présent dans les sols), ou encore du monoxyde de carbone, produit par les systèmes de chauffage, de cuisson au gaz et par le tabagisme.
Au quotidien, ce cocktail de polluants dégrade la qualité de l'air de la maison et peut entraîner différents maux chez ses occupants : migraines, allergies, asthme... Mal évacués, certains engendrent aussi la dégradation du bâti. Résultat : les surfaces et les matériaux imprégnés d'humidité se détériorent, les papiers peints se décollent, la peinture s'écaille, les moisissures se développent...
Alors, comment évacuer ces
différents polluants ? S'il existe diverses façons de renouveler l'air de la maison (ventilation naturelle par tirage thermique, ouverture des fenêtres, installation d'un
extracteur...), la VMC (ventilation mécanique contrôlée) s'avère être la plus efficace. Elle assure en effet une ventilation générale (toutes les pièces de la maison sont traitées), permanente (la ventilation n'est jamais interrompue), et contrôlée (variation du débit en fonction de l'humidité du logement). Il existe deux grands types de VMC : simple flux et double flux. « Le choix d'un système s'effectue en fonction des particularités et des contraintes de son habitat (la surface, le taux d'humidité, le bruit...), ainsi que du niveau de confort que l'on recherche », explique Pascale Laire, chef de groupe Ventilation chez Atlantic, qui conseille de faire appel à un installateur qualifié, spécialiste du chauffage ou de la climatisation, afin d'optimiser votre installation.

Page suivante : Simple flux : optez pour l'hygroréglable !


News-letter hebdomadaire

Abonnez-vous au magazine