Futur e maison
edition des halles
edition des halles
Rechercher dans futur-e-maison.com
Home page   
Home page   
Home page   
Home page   
Home page   
Home page                                                                                                                               Dernier numéro      Edito      Anciens numéros      Abonnements      Panier      Compte client
 





Maison bioclimatique : le rôle de la véranda > Une pièce en plus

Photo : Technal

Espace vitré adjacent au logement, la véranda est à la fois une pièce à vivre et un « volume tampon » qui contribue au chauffage de la maison l’hiver et à son rafraîchissement l’été. À condition qu’elle soit bien conçue et dotée de bonnes protections solaires.
Inventée au 15e siècle par les colons pour se protéger du soleil des Indes, la « Verand’ha » devient « varangue » dans les îles de l’océan Indien, puis « véranda » en Europe. Seule et unique pièce de la maison où les avantages de l’extérieur et de l’intérieur se combinent en toute saison, la véranda est aujourd’hui un lieu de vie à part entière. Déclinée en cuisine, en jardin d’hiver ou en coin-salon, elle permet de profiter confortablement des avantages de la nature.
Chaque année, on construit en France entre 75 000 et 90 000 vérandas. Selon une enquête récente, 95 % des acheteurs de vérandas ont pour motivation l’agrandissement d’une pièce de la maison (salon, salle à manger…), la création d’une pièce supplémentaire (cuisine, spa, bureau…) et la recherche d’un plus grand confort. « En termes de surface, la demande porte aujourd’hui sur des vérandas plus grandes qu’auparavant, la moyenne se situant entre 30 et 40 m2 », précise Jean-Luc Dufresne, directeur Réseau chez Vie § Véranda.
Loin de la serre décorative ou du jardin d’hiver dans lequel on entreposait les plantes pour les protéger du froid, la véranda d’aujourd’hui répond aux besoins du 21e siècle, sur le plan du confort de vie et des économies d’énergie. C’est désormais une solution plébiscitée par les architectes, en particulier dans les projets avec des exigences environnementales comme les maisons passives. Dans ce contexte, la maison devenant un acteur de sa propre consommation énergétique, l’implantation de la véranda en fonction de l’orientation de la façade tient une place déterminante pour la gestion des apports solaires. Elle a un rôle à jouer en tant que régulateur thermique sans oublier la lumière naturelle alors pleinement mise à profit.

Page suivante : Véranda bioclimatique : comment ça marche ?


News-letter hebdomadaire

Abonnez-vous au magazine