Futur e maison
edition des halles
edition des halles
Rechercher dans futur-e-maison.com
Home page   
Home page   
Home page   
Home page   
Home page   
Home page                                                                                                                               Dernier numéro      Edito      Anciens numéros      Abonnements      Panier      Compte client
 



Combles : isoler, aménager > L'isolation en combles aménagés

Daniel Sainthorant - Fotolia.com
Photo : Daniel Sainthorant - Fotolia.com

Ici, il ne s’agit plus d’isoler le plancher du comble, mais d’intervenir sur les rampants, par l’extérieur ou par l’intérieur. Isoler par l’extérieur a pour principal avantage de laisser la charpente apparente et de rendre tout le volume sous toiture disponible. Cela suppose bien sûr de découvrir totalement le toit, intervention envisageable quand la couverture est à refaire. Autres atouts de l’isolation « par le dessus » : la possibilité de recourir à des matériaux en vrac qui remplissent facilement tous les espaces entre les pièces de charpente, permettant ainsi d’éliminer les ponts thermiques. Certains de ces produits en vrac ont cependant une résistance thermique légèrement inférieure à celle des matériaux en rouleaux ou panneaux, mais leur inertie thermique étant plus grande, ils sont intéressants pour le confort d’été.
Autre solution également applicable en rénovation lourde, avec réfection de la couverture, la mise en place d’éléments porteurs isolants. L’isolation est alors intégrée dans des éléments de toiture préfabriqués autoporteurs comprenant également le plafond et parfois une sous-­toiture étanche. Il existe de nombreux panneaux sandwich à base de polystyrène ou de polyuréthane, mais on trouve aussi des produits écologiques intégrant du liège expansé ou de la laine de lin entre deux lames de bois, dont les performances sont tout aussi satisfaisantes.
Quand la charpente et la couverture sont saines, l’isolation par l’intérieur est la solution la plus simple. Ici, la technique du vrac est plutôt délicate, car cette mise en œuvre ne peut pas être contrôlée visuellement ; l’applicateur doit donc connaître le volume des caissons à remplir pour savoir s’il a insufflé une quantité suffisante d’isolant afin que celui-­ci ne se tasse pas et qu’il n’y ait pas de pont thermique. La solution des rouleaux ou des panneaux placés entre chevrons ou sous chevrons est donc plus adaptée. Le choix de la méthode de pose et du matériau est déterminé par la structure de la charpente, l’épaisseur de l’isolant à installer et le type de finition désirée.

Page suivante : L'éclairage


News-letter hebdomadaire

Abonnez-vous au magazine